Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:35

art

On se cherche des combats
S'imagine des étreintes
Personne n'est au courant
Mais le petit compagnon
Connaît bien la chanson.

 

© dominique ottavi
 

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:28

Jeunes gens
Savez-vous
Que vraiment je fus verni
J'ai fait du grec et du latin
J'ai eu le bac sans math
Ni physique chimie
Une seule langue
Et vogue la péniche
S'envole l'envol
va la vie
Et pas d'assassinat !

Copyright dominique ottavi

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:26
 
 
la folie est en cheveux
l'écheveau de ses façons
dévidé
on marque à la craie
les chemins de croix
la foule applaudit
les photographes
s'esclaffent
encore un beau sujet
pour la fin du carême
en cette période presque estivale
tartes à la crème
et feux grégeois
pas une sinécure
que d'être de là-bas
quand là-bas
c'est ici
tu vois ?

© dominique ottavi

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:22

C'est dit
Je n'engrosserai plus
si
Intempestivement
Au long du fleuve
Les jeunes filles altières
Qui m'auraient chanté
Dans le texte
Bruant, Couté. Louise Labbé
Anna de Noailles, même

Copyright dominique ottavi

L’image contient peut-être : océan, ciel, nuage, plein air, eau et nature
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:20

Il faut que je revienne
Replier les nappes
Obturer les espaces
Morts
Chanter à tue-tête
L'insanité
Qu'il y a
à vouloir figurer.

Copyright dominique ottavi

L’image contient peut-être : ciel, nuit, plein air et nature
 
 
 
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:18

Tu vois
J'ai remonté l'histoire
Redistribué les rôles
Le beau n'est pas pour moi
Le laid non plus
Le milieu ca me convient
Ni beau ni laid
Ordinaire quoi !
Oui, voilà
Au plus près des gens
Si possible
Comme on peut
Comme je peux.

© dominique ottavi

L’image contient peut-être : une personne ou plus
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:16

J'aurais voulu
Fermer à temps les fenêtres
Courir dans le vent
Et renaître d'un coup
Dans un monde
Simultané.

© dominique ottavi

L’image contient peut-être : plein air et intérieur
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:07

Serons-nous sans partage
serons-nous sans colère
serons-nous à la page
serons-nous sous la terre
serons-nous la colère
serons-nous le désert
serons-nous l'amour vrai
que nul ne peut faire taire ?
A vos cahiers !
A nos colères.

© dominique ottavi

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 15:00

Je ne vous avais pas demandé de m'aimer. Vous êtes venue de votre propre chef. Décoiffé comme il faut, le chef. Femme trophée. Atrophiée. Défenestrée d'elle-même, de sa propre fenêtre, de son propre chef. Femme falbala, légère comme une plume, vénéneuse comme le plomb. J'avais mes esclaves et j'avais mes rois. Ca ne comptait pas pour du beurre dans cet univers en collimateur. J'étais encore, certes, du clan des rêveurs, mais les capitaines étaient intervenus. Ca s'est passé très vite, comme en un rêve, aveuglée que je t'ai vue par tes propres délires, falsifiée, fossilisée, arrogante, telle une fée déchue, boursouflée de cet orgueil qu'on attribue aux montagnes, mais les montagnes sont humbles et respectent le voyageur. Tu voulais, toi, le voyageur, sans le voyage. Tu as gagné. Et je voyage encore.

© dominique ottavi

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 14:54

Fin de ce jour voué, éternellement pour moi, à la Sainte-Emma... Je ne sais pas si elle fut sainte, si elle l'est demeurée... Je sais seulement que chaque année c'est comme un jour de deuil et de naissance à la fois... Et celui d'une grande joie d'exister et d'en même temps, trois mouvements, me préparer à mourir, clôturer ma vie en beauté... J'avais 23 ou 24 ans en Italie ce printemps-la, en Ombrie et Toscane, il faisait froid et clair, je n'avais dans la tête que Selva Oscura, et près de moi, sur la banquette, une poète incontournable, définitivement... Relapse consciencieuse! Merci à toi, éternellement.

© dominique ottavi

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de dominique "dumè" ottavi
  • Le blog de dominique "dumè" ottavi
  • : Parole, chant, écriture, musique, poésie, scène, théâtre, ateliers de creation littéraire et musicale...
  • Contact

Recherche

Liens