Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 17:15

Il marche dans le vent

il connaît la chanson

il le sait qu'il la connait

bien

depuis si longtemps

même toujours

c'est le premier mot qui ne lui revient pas

il ne s'en fait pas

il sait que ça lui reviendra

tôt ou tard

tant qu'il pourra marcher dans le vent

 

© dominique ottavi. texte & photo

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 20:41

Il rêve à voix haute

se méfie des patenôtres

bifurque à la première contre-allée

pour se planter dans l'impasse

même pas signalée

nulle marche-arrière possible

abandonne l'auto sur place

s'en va sur ses souliers

par les rues de cette ville inconnue

je veux dire : qu'il ne connait pas

qu'il ne reconnait plus

 

© dominique ottavi. Texte & photo

 

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 13:46

Il disait que parfois il manquait d'air. La faute à la cigogne. Peut-être aux courants d'air. Il savait que tous les chemins mènent à Rome, mais que la réciproque n'est pas vraie. Alors il balayait devant sa porte. Soigneusement. Conscienceusement. Mais la poussière lui revenait dans la gueule. Toujours. Au moment où il s'y attendait le moins. Ca ne lui servait pas de leçon. Il recommencait. Les débris d'âme, les miettes de coeur, les moutons du sentiment étaient les plus compliqués à évacuer et ils revenaient toujours les premiers. Il finit par brûler le balai. Mais non, je ris, pas déjà. Il en est incapable. Et sa fausse naîveté ne le sauvera pas , mais lui permettra encore sans doute de remettre le couvert, dresser la table pour ces festins sans commentaires ni couronnes, ni commensaux, sans rien à boire ni manger, mais le balai est là, à la bonne place, il la connaît, il la connaît...

copyright dominique ottavi. Tous droits réservés.

Il la connaît
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 11:52

Prendre le relais

sonner les cloches

à toute volée bien sûr

je n'ai pas dit raclée, ma mère

Demeure comme une sorte de courant d'air

qui ne présage rien de bon

et pourtant je crois bien que les Rois Mages

ont déjà pris la route

moi tout à l'heure je prends le train

u triniccheddu !

La vie détricote pour mieux retricoter

jamais en panne de fil

de coton ni de laine

je ne parle pas d'épée

je range mes paquets en désordre

je les préfère ainsi

d'autant que je ne les ouvre jamais

j'ai ma besace et mon manteau

tous les deux suffiront bien

pour aller jusqu'au bout,

quel bout ?

 

© dominique ottavi. Texte & photo

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 02:56

je vivais comme une brute

lissant mes engelures

le café le matin était toujours trop tiède

j'avais la fièvre continue

des serments perclus

de bons sentiments

on me dépassa sur ma gauche

sans clignotant mis

je me suis dit :

"bon, maintenant, calme, calme..."

 

© dominique ottavi. Texte & photo

 

Repost 0
©dominique ottavi
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 14:06

Résister

Résister encore

Au nivellement

Ce que nous sommes

Soyons bien fiers

De l'être

Les grincheux, taisez-vous !

Le nouveau monde c'est nous.

Copyright dominique ottavi

Nouveau monde
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 15:29

Une toute petite fée

transie bien sûr

sur le seuil de l'impossible

qui se mouche dans le grand mouchoir à carreaux rouges

du grand père en allé

se remémore les contes de fées

où elle fut figurante

sans l'avoir souhaité

mais sans jamais tergiverser

d'un coup, un seul, s'écrie :

"merde ! faut quand même pas déconner !"

 

© dominique ottavi

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 11:39

Ce qu'il fallait de choses simples

A nos festins libres et coupables

Copyright Dominique ottavi

Juste
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 15:04

Exigu il l'était
Et dire que je ne pouvais rien pour lui
Bonne chance mon camarade.

 

© dominique ottavi

L’image contient peut-être : 1 personne , gros plan
Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 14:57

Le tort d'être libre.
Savez-vous bien pourquoi la belle France républicaine nous a mis dans tous les coups tordus ( guerres, colonialisme, empire etc...) ? Pour mieux nous détruire, nous qui avions eu l'impudence , avant tout le monde, de nous déclarer libres et égaux, hommes et femmes confondus...

 

© dominique ottavi

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de dominique "dumè" ottavi
  • Le blog de dominique "dumè" ottavi
  • : Parole, chant, écriture, musique, poésie, scène, théâtre, ateliers de creation littéraire et musicale...
  • Contact

Recherche

Liens