Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 13:46

Il disait que parfois il manquait d'air. La faute à la cigogne. Peut-être aux courants d'air. Il savait que tous les chemins mènent à Rome, mais que la réciproque n'est pas vraie. Alors il balayait devant sa porte. Soigneusement. Conscienceusement. Mais la poussière lui revenait dans la gueule. Toujours. Au moment où il s'y attendait le moins. Ca ne lui servait pas de leçon. Il recommencait. Les débris d'âme, les miettes de coeur, les moutons du sentiment étaient les plus compliqués à évacuer et ils revenaient toujours les premiers. Il finit par brûler le balai. Mais non, je ris, pas déjà. Il en est incapable. Et sa fausse naîveté ne le sauvera pas , mais lui permettra encore sans doute de remettre le couvert, dresser la table pour ces festins sans commentaires ni couronnes, ni commensaux, sans rien à boire ni manger, mais le balai est là, à la bonne place, il la connaît, il la connaît...

copyright dominique ottavi. Tous droits réservés.

Il la connaît

Partager cet article

Repost 0
dominique ottavi
commenter cet article

commentaires

Carlos 22/11/2016 14:11

manquer d'air à cause des courants d'air? Mais j'ai la solution:

Dans les
phalanstères,
on laisse les
talents se faire
Ainsi quand l’un dit
« fends la stère ! »,
l’autre répond
« tends la sphère ! »
Lorsque
ce fat l’enterre
et pour
ce faire l’attend,
on constate que
se fend la terre…

dominique ottavi 28/11/2016 13:53

Mamma mia Carlos là tu me sèches sur la terre ferme!

Présentation

  • : Le blog de dominique "dumè" ottavi
  • Le blog de dominique "dumè" ottavi
  • : Parole, chant, écriture, musique, poésie, scène, théâtre, ateliers de creation littéraire et musicale...
  • Contact

Recherche

Liens